Le Bic, un village et un parc

Le Bic, un village et un parc

Le Bic et Rimouski - Annexion ou non


             Il  est de plus en plus  question  de regroupement  entre la ville de  Rimouski et la municipalité. Le Bic deviendrait le district #11 de la  ville de Rimouski.  Une réunion d'information, à laquelle ont assisté plus de 600 personnes, a eu lieu à l'église de Bic le jeudi 26 mars 2009 pour apporter des précisions et répondre aux questions des Bicois.
            M. Claude Gauthier, maire de la municipalité, a expliqué les enjeux et  les  avantages  d'une  annexion  éventuelle  et  une  intervention  de M. Éric Forest, maire de Rimouski, a permis de connaître le point de vue rimouskois.
           Selon M. Gauthier, pour Le Bic, un pareil regroupement permettrait d'assurer le développement futur à un coût plus avantageux, de mettre  bénéfiquement  nos  ressources  en  commun, tout en maintenant notre communauté forte. 
           Bien  que  Le Bic  soit  présentement dans une situation financière saine,  c'est  avec  pessimisme  que  les  élus  envisagent  le  futur sans  annexion.  Des investissements  majeurs  seront  nécessaires  dans  un  futur très proche en ce qui concerne l'approvisionnement en eau potable, les  infrastructures   à  remplacer  ou  à  améliorer   et l'entretien  du  réseau routier.  Ces investissements,  réalisés sur  une période  de 5 à 7 ans,  engendreraient  des  hausses de  taxes de l'ordre  de 60% pour les contribuables bicois, selon M. Gauthier. 
         Toujours  selon  M. Gauthier,   un regroupement  avec   la  ville  de Rimouski  permettrait de  bénéficier de  subventions  gouvernementales que  Le Bic ne pourrait  obtenir seul,  principalement en  ce qui concerne l'approvisionnement  en  eau potable,  les  travaux publics  ou de  voirie. Une annexion éventuelle permettrait de stabiliser  la hausse du  compte de taxes à environ .5% par année.
          Les  explications  de  M. Gauthier,  sur  ces  points  importants, ont  apporté  plusieurs  réponses  à nos interrogations. Cependant, la période de  questions,  un peu  décousue  et  perturbée,  n'a  pas  apporté  grand  chose de nouveau. 
           M. Éric Forest,   de  son  côté,  a   signifié  l'enthousiasme  des  élus rimouskois à l'idée de  ce regroupement et souligné  le  fait que le projet ne  pouvait  avoir  que  des  effets  positifs  pour les deux communautés.
 L'expression gagnant-gagnant a été utilisée par les deux intervenants.
          Bien que les  deux  maires  aient  insisté  sur le fait  que  les Bicois  garderaient leur  identité et que ceux-ci seraient bien  représentés dans le conseil municipal, personne n'a vraiment élaboré sur la conversation   des acquis, sur le maintien, la perte ou l'ajout éventuel de services.

- Est-ce que j'entendrai encore passer le camion qui déneige ma rue
  à 5  heures le matin pour que je puisse aller travailler à 6:30 hres ?
  Les  résidants des  municipalités  annexées à Rimouski  en 2001 se       
  plaignent beaucoup du service de déneigement.

- Est-ce que le projet de développement domiciliaire de la Pointe-aux-    
  Anglais, rejeté massivement par les Bicois, refera surface après       
  l'annexion avec la ville de Rimouski ?

- Il y aura un changement de code postal et des changements dans les
  noms  de rues,  c'est inévitable.  Qui  assumera  les  coûts  reliés  aux
  changements d'adresse pour nos cartes de crédit, dossiers médicaux,
  cartes gouvernementales  comme l'assurance maladie et l'assurance
  sociale,  les polices d'assurances, permis de conduire, etc...
          
  Beaucoup de questions sont restées sans réponses lors de cette
 réunion. Serons-nous informés d'avantage avant que les décisions
  finales soient prises? 

Vous avez  des questions, des commentaires ou des réponses,
laissez-les sur le blog.


03/04/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres